Sports IL SE RETIRE DE LA LIGUE D’ANNABA

Amar Bahloul se positionne en vue des élections

  • Placeholder

Samir LAMARI Publié 05 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

Les trois membres du bureau fédéral, Amar Bahloul (président de la ligue de Annaba), Yacine Benhamza (président de la Ligue régionale de football de Saïda), Rachid Oukali (président de la Ligue de football de la wilaya d’Alger) et Djilali Touil (président de la Ligue de football de la wilaya de Chlef) ont été invités, hier, à se mettre en conformité avec le décret exécutif n°21-60 du 8 février 2021 relatif au non-cumul entre la responsabilité exécutive et élective et la responsabilité administrative au sein des structures d’organisation et d’animation sportives.  Ils doivent donc démissionner du BF ou de la ligue concernée.

Cette décision intervient plus de deux mois après la décision du bureau fédéral de la FAF d’obliger les ligues récalcitrantes à se mettre en conformité avec les dispositions du décret exécutif n°21-60 du 8 février 2021 relatif au non-cumul de la responsabilité exécutive et élective et de la responsabilité administrative au sein des structures d’organisation et d’animation sportives.

La FAF avait annoncé, début février dans un communiqué, que “concernant le processus de mise en conformité avec le décret exécutif relatif au non-cumul dont des membres du BF sont concernés, en l’occurrence les Ligues régionales de football (LRF) d’Annaba et de Saïda ainsi que les ligues de wilaya de football (LWF) d’Alger et de Chlef, le BF a fixé le calendrier comme suit : les AGO au 17 février 2022, les AG électives au 7 mars 2022”.

L’article 3 du décret exécutif n°21-60 du 8 février 2021 stipule que “sont concernés par le non-cumul prévu à l’article 1er ci-dessus : (...) les titulaires de la fonction élective de président ou membre élu du bureau exécutif d’une fédération, ligue, club ou association sportive, avec ladite fonction au sein des structures d’organisation et d’animation sportives de la même discipline ou d’une autre discipline sportive”.

Les dispositions de ce décret prévoient également que le candidat à un mandat électif doit signer un engagement écrit, avant les élections, à “respecter la législation sportive nationale et internationale, notamment les dispositions du statut des dirigeants sportifs bénévoles élus ; à démissionner de sa fonction élective, technique ou administrative dans un délai maximum de 30 jours qui suivent la date de son élection conformément aux dispositions réglementaires en matière de non-cumul de fonctions ; à se conformer aux mesures de régulation et de contrôle prévues par les autorités compétentes”.

Le décret, signé par l’ex-Premier ministre Abdelaziz Djerrad, prévoit du reste la radiation à vie du mouvement sportif national pour les membres qui enfreignent ces dispositions. Le membre du bureau fédéral et président de la ligue régionale d’Annaba, Amar Bahloul, a été le premier à s’exécuter puisqu’on apprend qu’il a décidé de convoquer une assemblée générale ordinaire pour présenter ses bilans pour le 17 avril et déposer sa démission. S’ensuivra, selon la feuille de route arrêtée, une assemblée générale élective le 28 avril. Une année après les élections de la FAF, seule la Ligue de football de la wilaya d’Illizi a remplacé le membre élu au bureau fédéral, en l’occurrence Bachir Mansouri.

Les autres ligues sont toujours gérées par Bahloul, Benhamza, Oukali et Touil. Cependant, la décision d’Amar Bahloul de se mettre en conformité avec le décret n’est pas fortuite ; elle a un lien direct avec les prochaines élections de la FAF pour lesquelles il serait de nouveau candidat après son retrait de celles du 15 avril dernier. S’il n’avait pas pris les devants à travers cette annonce, Amar Bahloul s’exposait aux sanctions du MJS prévues par le non-respect du décret, à savoir la radiation à vie du mouvement sportif national, ce qui l’empêcherait de se présenter aux prochaines élections.

S. L.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute