Sports Le MCO toujours sans public

Amrani face à un autre casse-tête

  • Placeholder

Rachid BELARBI Publié 11 Mars 2022 à 19:47

“Je suis revenu ici 20 ans plus tard. Et ma foi, rien n’a changé. Le club vit toujours dans les problèmes et ne dispose de presque rien, même pas du simple matériel pédagogique.” La sentence, lâchée après un nul plutôt méritoire à Alger face au Paradou par Abdelkader Amrani contraste, paradoxalement, assez mal avec le “confort” dont il dispose par rapport à son prédécesseur sur le banc du Mouloudia d’Oran, Moez Bououkaz. Car, pour avoir bénéficié d’un second stage d’une semaine à Mostaganem en moins d’un mois alors que celui qu’il a remplacé ne trouvait même de quoi se désaltérer à l’entraînement, au stade Ahmed-Zabana, se trouvant contraint d’offrir, de sa poche, de l’eau minérale à son groupe, l’actuel patron technique des Rouge et Blanc d’El-Hamri jouit, mine de rien, d’un intérêt certain que lui porte la direction oranaise.

Ce qui n’est pas la moindre des performances dans un club qui n’a plus été dans les standards en matière de logistique depuis plus d’un quart de siècle ! Bénéficiant désormais d’assez de temps, de pouvoir et de moyens à même de rebooster l’équipe, Amrani sait, en contrepartie, qu’il n’aura vraiment plus d’excuses au cas où les résultats sur le terrain ne suivaient pas. L’incroyable échec lors de la précédente journée de Ligue 1 face à l’Olympique de Médéa qui a triomphé à Zabana après douze défaites de rang dont la moitié à domicile, lui aura, du reste, permis de constater la légèreté de l’effectif dont il dispose et la complexité du calendrier à venir. Notamment, en l’absence de ce qui était l’atout numéro 1 du MCO lors de son premier passage en 1999, le bouillonnant public d’El-Hamri et qui tourne, désormais, le dos à son club pour protester contre une direction qu’il ne reconnaît pas.

Et pour un homme aussi expérimenté qu’Abdelkader Amrani, qui connaît très bien les rouages d’un club à problèmes comme le MCO, cette impopularité record n’est certainement pas pour l’aider dans sa mission, qu’il découvre encore plus compliquée qu’elle ne semblait a priori. 

 

 

Rachid BELARBI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute