Sports MCO

Amrani pas encore qualifié

  • Placeholder

Rachid BELARBI Publié 01 Mars 2022 à 09:52

Tout comme il avait dirigé son équipe à partir de la tribune du stade Ahmed-Zabana, vendredi dernier, face au Chabab de Constantine (2-1), laissant le soin aux adjoints de “faire le job” le long de la ligne de touche, l’entraîneur du Mouloudia d’Oran, Abdelkader Amrani, suivra le même mode opérationnel, aujourd’hui à Alger, à l’occasion de la rencontre face au Paradou AC. Jusqu’à hier en fin d’après-midi, le patron technique des Rouge et Blanc d’El-Hamri n’était pas qualifié par la LFP et ne peut, dès lors, prendre place sur le banc de touche du stade de Dar El-Beïda qui verra sa formation défier le PAC. Jugeant son limogeage abusif, son prédécesseur à la tête du MCO, Moez Bououkaz, n’a pas encore résilié son contrat avec le club, ce qui prive logiquement l’ancien driver du CSC de licence.

Réclamant la totalité de son dû, à savoir sept mois de salaire, alors que la direction oranaise ne lui a proposé que les trois qu’il a passés comme entraîneur en chef des Rouge et Blanc, Bououkaz refusait, jusqu’à hier, tout compromis, ce qui a conduit à la situation de blocage dont souffre Amrani. Cela a poussé le président du conseil d’administration de la SSPA-MCO, Youssef Djebbari, à vouloir rencontrer le plus rapidement possible Bououkaz afin de trouver un terrain d’entente financier à même de permettre de qualifier l’actuel coach des Hamraoua. Après un premier acte manqué, les deux hommes devaient se voir hier après-midi autour d’une table. Le rendez-vous était prévu en milieu d’après-midi. Si toute démarche administrative pour rattraper le temps perdu semblait inutile, hier, pour le match d’aujourd’hui face au PAC, l’administration mouloudéenne espérait une résiliation à l’amiable hier après-midi avec Bououkaz afin de pouvoir qualifier Amrani pour la rencontre de ce week-end face à l’Olympique de Médéa, au stade Ahmed-Zabana.

 

 

Rachid BELARBI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute