Sports IL A BAFOUÉ LES STATUTS DE LA FAF

Le hors-jeu flagrant de Amara Charaf-Eddine

  • Placeholder

Samir LAMARI Publié 05 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

La décision, contre toute attente, de Charaf-Eddine Amara de poursuivre ses fonctions jusqu’à l’organisation d’une assemblée générale ordinaire pour la présentation des bilans, moral et financier, et déposer sa démission, porte un sérieux coup à la crédibilité de la FAF.

La volte-face de Charaf-Eddine Amara renseigne un peu plus sur la légèreté avec laquelle est gérée la FAF et sur l’état de gabegie dans lequel se débat l’instance fédérale. Ahurissant : après avoir démissionné jeudi seance tenante devant les membres du bureau fédéral (réuni en urgence en session extraordinaire) qui a acté sa décision dans un communiqué publié sur le site officiel de la FAF et annoncé sa démission publiquement devant la presse, Charaf-Eddine Amara a voulu rectifier le tir dans sa démarche.

“Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), M. Charaf-Eddine Amara, a officiellement remis sa démission devant le bureau fédéral convoqué pour une réunion extraordinaire aujourd’hui 31 mars 2022 au siège de la fédération à Dély-Ibrahim. Les membres du bureau fédéral ont pris acte de la décision du président de la FAF. Conformément aux statuts de la FAF et au décret exécutif 14-330, les membres du BF ont désigné Monsieur Mohamed Maouche, vice-président de la FAF, pour assurer l’intérim jusqu’à la tenue de l’AGE – assemblée générale élective – qui ne saurait dépasser statutairement les soixante jours. Par ailleurs, une nouvelle réunion du BF sera programmée pour le lundi 11 avril 2022 avec à l’ordre du jour la préparation et l’organisation de l’AGE”, lit-on dans le communiqué publié jeudi par la FAF. Amara s’est aperçu finalement que les membres du BF n’ont pas voulu le suivre dans son sacrifice après l’élimination du Mondial 2022.

Du coup, il veut continuer à gérer la FAF avant de présenter sa démission aux membres de l’AG qui l’ont élu le 15 avril 2021 pour ne pas laisser le champ libre aux membres du BF, eux qui s’apprêtaient déjà à prendre des décisions importantes, comme la désignation d’un nouveau président à la tête de la Commission fédérale des arbitres et la réouverture de certains dossiers qui hibernent à la commission Intégrité de la FAF.

Mal conseillé, et sans doute pressé de jeter l’éponge pour absorber la colère populaire, Charaf-Eddine Amara s’est empressé, avant de se rendre compte qu’il a servi seul de fusible, de dindon de la farce. Du coup, il décide de faire fi des statuts de la FAF et des usages administratifs pour sauter l’épisode de jeudi, comme s’il n’avait jamais existé. Est-ce possible ?

En fait, tout dépendra de l’attitude du bureau fédéral et surtout du président intérimaire , Mohamed Maouche. “L’intérim de la présidence de la FAF sera assuré par un vice-président. J’ai décidé de désigner Mohamed Maouche pour ce qu’il représente comme symbole jusqu’à la tenue des prochaines élections”, avait indiqué Amara lors d’un point de presse tenu au siège de la FAF à Alger juste après avoir convoqué une réunion extraordinaire du bureau fédéral. Mohamed Maouche s’est même exprimé dans la presse. “J’ai été désigné pour assurer l’intérim à la FAF.

Il s’agit d’une période transitoire que je dois gérer jusqu’à la tenue de l’assemblée élective. Le futur président doit apporter un plus dans tous les domaines, avec un programme ambitieux, de quoi lui permettre de réaliser une vraie réforme du football national”, a indiqué à l’APS Mohamed Maouche.

L’article 39 des statuts de la FAF indique clairement qu’“en cas de vacance du poste de président, ses obligations officielles sont exercées par le vice-président disponible et, à défaut, par le membre du bureau fédéral le plus âgé jusqu’à la prochaine assemblée générale ordinaire qui entérine. Dans le cas contraire, elle convoque une assemblée générale élective conformément aux présents statuts”.

L’avenir de la FAF ne peut s’inscrire donc en dehors de ce cadre statutaire.Maouche renoncera-t-il à son poste intérimaire ? Les membres du bureau fédéral reviendront-ils sur leur décision d’acter la démission, inscrite noir sur blanc dans le procès-verbal de la réunion extraordinaire du BF de jeudi ? Visiblment non puisque nous apprenons qu’ils font front contre Amara.

La réunion du 11 avril prochain, au cours de laquelle la feuille de route pour les prochaines élections sera tracée, risque d’être mouvementée.

SAMIR LAMARI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute