Sports Djamel Belmadi

“Les arbitres ne respectent ni la FAF ni notre pays”

  • Placeholder

Ahmed IFTICEN Publié 31 Mars 2022 à 08:52

Le sélectionneur national Djamel Belmadi a estimé hier que l’élimination de la Coupe du monde est un échec cuisant pour la sélection nationale. “C’est comme un château de cartes qui s’effondre”, a-t-il lâché en conférence de presse, avant de s’attaquer ouvertement à l’arbitrage. D’ailleurs, Belmadi n’a pas mâché ses mots pour rappeler tout ce qu’il a enduré avec l’arbitrage depuis qu’il est à la tête de la sélection algérienne : “Cela fait longtemps, très longtemps, que nous subissons la loi des arbitres. Cela fait très longtemps qu’ils ne respectent  non pas notre fédération, mais maintenant, je n’ai pas peur de le dire, ils ne respectent pas notre pays. Ils viennent ici, et ça ne les empêche pas de t’écraser. Aucune considération. Même avec les bons résultats que nous avons réalisés, ils ne nous ont jamais respectés.

Nous le sentions partout et à chaque fois que je parle de cela, on nous dit que ce sont des excuses de complotistes… Tous ceux qui ont dit cela sont des Algériens qui sont peut-être ici, s’ils ont le cœur malade, il faut qu'ils se soignent. Il y en a partout sur les plateaux de télé et aujourd’hui, ils vont faire la fête.” “Vous voyez tous l'attitude de ces arbitres, avant même de parler de décision, il y a cette agressivité là où nous allons. Je n’ai jamais vu un arbitre sur les trois dernières années qui ne vient pas t’agresser à chaque fois que tu dis un mot ou que tu cherches à savoir, sans parler des décisions, c’est devenu monnaie courante chez nous. Je dirais même que c'est un fait”, constate le driver national.

“Nous sommes effondrés”
“Tout le monde était concentré pour aller au Mondial. Les joueurs ne pensaient même pas qu’ils ne pouvaient pas y aller. Je ne sais pas si on appelle cela une défaite mentale, nous étions à dix secondes du Mondial, donc c’est forcément un problème de concentration. Une non-action qui finit en but alors que nous tenions notre qualification. Je ne sais pas si nous avons failli mentalement, mais je dirais que c’est un manque de concentration ou de lucidité qui nous coûte cette élimination”, explique Belmadi, qui précise : “L’équilibre était là, les situations de but aussi. Nous avons créé des situations de but très nettes. L’adversaire pas grand-chose, hormis sa réussite sur une balle arrêtée et ce fameux centre en fin de match. Le Cameroun a eu, également, une occasion en seconde mi-temps qui a buté sur une bonne intervention de M’bolhi. Nous avons créé beaucoup de situations offensives, malheureusement, cela ne s’est pas concrétisé.

Ce n’est pas une affaire de système de jeu dans cette rencontre, sinon j’aurais largement accepté l’idée de changer de système si justement, nous n’avions pas eu toutes ces occasions. Nous avons eu cette opportunité de marquer plus de deux buts, mais nous ne l’avons pas fait.” Le sélectionneur national est revenu également sur l’évolution et notamment la baisse de forme et de performance de son équipe depuis la dernière CAN au Cameroun : “Nous avons essayé de faire évoluer cette équipe, nous adapter parfois à des matches particuliers. Parfois ça marche, parfois pas. Chaque match a sa vérité. À un moment donné, j’étais sur un système et on m’a dit pourquoi vous attacher à ce système-là. D’autres fois, je changeais et on me disait pourquoi changer de système de jeu. Aujourd’hui, nous sommes éliminés du Mondial et vous avez la possibilité de tout dire, de tout remettre en question si vous le voulez. C’est facile dans une situation pareille de tout remettre en question.” “Nous avons tout fait pour ce peuple. C’était le plus important pour nous. Nous sommes tout simplement effondrés parce que nous estimons que nous avons tout fait, tout essayé. Tout ce que nous avons fait. Nous l’avons fait avec le cœur. Je me demande ce que nous pouvions faire de plus. Nous étions impliqués 24h sur 24. Sur ce match barrage, nous avons travaillé avec beaucoup de professionnalisme et beaucoup de confiance ces deux derniers mois. Nous avons mis notre vie entre parenthèses pour ce succès, avant tout pour notre pays. Il n’y avait que cela qui me motivait plus même qu’une déception personnelle de ne pas jouer le Mondial car la seconde situation était vraiment secondaire pour moi.”

“Ne comptez pas sur moi pour tirer sur mes joueurs”
“C’est plus qu’une déception ce mauvais scénario, il faut se remettre dans des situations comme ça. Perdre un Mondial sur une longue balle dans la surface, c’est vraiment difficile à avaler, c’est tout simplement cruel, surtout que nous avions la possibilité de contrôler ce match, nous n’étions pas en difficulté, même si avec le système que nous avons mis en place avec trois défenseurs centraux et avoir des pistons haut, cela ne veut pas dire que nous avons joué défensivement, comme Zerrouki et Bennacer qui se projetaient à chaque fois vers l’avant. Avec un 3-5-2, cela ne veut pas dire que nous étions défensifs car le système peut changer en situation très offensive”, explique-t-il. Et d’ajouter : “Il y avait un équilibre, il y avait une équipe du Cameroun en face de nous, solide forte et vous connaissez l’histoire entre les deux nations. Depuis 2017, ils ont réussi à gagner la CAN. De notre côté, pour cette confrontation, j'estime que nous avons fait le match qu’il fallait, il manquait peut-être le dernier geste, la dernière passe ou celle d’avant.

Pour un entraîneur dans un match où on n’est pas mis en danger, on aspire à quoi de mieux si ce n’est de voir le ballon au fond des filets, de voir des buts, mais il n’y en avait pas, et pourtant, nous étions qualifiés à 10 secondes de la fin, c’est parfois la beauté du football, mais aussi une cruauté. J’oserais même dire que ce n’est pas l’équipe la plus méritante qui s’est qualifiée.” Revenant sur le rendement et la prestation de certains joueurs, notamment Ryad Mahrez qui n’a pas été à la hauteur de son statut, Belmadi a pris la défense de tous les joueurs. “Ne comptez pas sur moi pour tirer sur mes joueurs. M'bolhi a su faire ce qu'il avait à faire. Pour le premier but, ce type d’erreur peut arriver. Il a fait une double parade importante en seconde mi-temps. (...) Ma tristesse va d’abord à mes joueurs”, conclut-il.

 


Ahmed Ifticen

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute